3 techniques pour négocier votre salaire lors de votre entretien d’embauche

Comme nous venons de le voir dans l’article sur les entretiens de sélection, les recruteurs peuvent parfois poser des questions particulièrement délicates auxquelles les candidats savent souvent très bien répondre, notamment celles concernant le salaire qu’ils souhaitent et ce que vous gagnez actuellement ! Si une réponse trop sincère peut vous désavantager, vous ne pouvez pas non plus éluder ces questions sans fournir de bonnes réponses.

Voici donc nos conseils pour savoir comment négocier votre salaire lors de l’entretien d’embauche et comment répondre au mieux à la question délicate “combien gagnez-vous actuellement ?“!

Comment s’y prendre ?

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles il est si difficile de répondre à cette question : certainement, l’une des principales raisons est que nous ne voulons pas paraître matérialistes mesquins ! Mais ce n’est pas la seule raison, d’autant plus qu’à l’étranger, le salaire proposé est l’une des premières choses à être clarifiée, alors qu’en France, les entreprises communiquent rarement le salaire à l’avance et il est très rare de le trouver clairement indiqué dans les offres d’emploi. Et peut-être que l’une des raisons pour lesquelles vous voulez quitter votre emploi est précisément que vous n’êtes pas assez payé, mais que vous craignez qu’un chiffre bas n’influence négativement la perception qu’a le recruteur de votre valeur sur le marché !

Il est donc parfaitement logique de se sentir anxieux lorsque vous devez donner une réponse, sachant que la vérité pourrait nuire à votre pouvoir de négociation. En même temps, vous ne voulez pas non plus mentir afin de ne pas ruiner la relation de confiance que vous venez d’établir au cours de l’entretien, sans compter que les employeurs potentiels pourraient vous demander une copie de votre dernière fiche de paie comme preuve de votre bonne foi.

L’un des problèmes réels de cette situation est que, d’une part, les entreprises veulent économiser de l’argent sur les frais de personnel, mais d’autre part, vous devez être au top et vous ne voulez pas non plus qu’un faible salaire, qu’il s’agisse du salaire actuel ou du dernier salaire reçu, vous disqualifie et vous empêche d’accéder à de meilleures opportunités que vous pourriez remplir. Alors, comment devez-vous réagir ?

Préparez-vous

Il n’y a aucune raison réelle pour qu’un employeur potentiel sache combien vous gagnez actuellement ou vous demande combien vous aimeriez être payé : ce pourrait être pour essayer de vous payer le moins possible ou, beaucoup plus rarement, pour vous faire une offre compétitive si vous avez la chance d’être un candidat qui cherche désespérément à échapper à la concurrence. Après tout, il existe des contrats de travail nationaux et les entreprises ont déjà fixé leur budget avant le début du processus de sélection, du moins en principe.

Ainsi, avant l’entretien d’embauche, vous pouvez consulter le salaire attendu pour votre fonction actuelle ou future sur Internet afin de ne pas être pris au dépourvu : des sites tels que Glassdoor pour l’étranger, un œil sur les contrats nationaux ou un message à un collègue pair ou à un recruteur spécialisé dans votre secteur peuvent vous aider à définir votre valeur marchande, à comprendre si vous êtes sous-payé et combien vous pouvez réellement espérer malgré les différences entre les différents secteurs.

S’ils vous demandent combien vous gagnez et que vous êtes en phase avec les tendances du marché, donnez-leur les vrais chiffres ! En revanche, si vous êtes définitivement sous-payé, essayez de rester plus vague sans donner de chiffres concrets, en incluant peut-être une fourchette de salaires mensuels, d’avantages, de primes, etc…

Faites preuve d’intelligence

Si on vous demande carrément combien vous gagnez actuellement et que vous savez que vous ne voulez pas répondre, vous ne devez pas vous sentir obligé de le faire. Cependant, refuser de répondre à une telle question lors de l’entretien peut impressionner négativement les recruteurs et les sélectionneurs de personnel à un moment où vous êtes en fait le maillon faible de la négociation et où vous essayez de vous faire accepter par ceux qui pourraient vous donner un emploi !

C’est pourquoi je recommande – comme le font de nombreux collègues experts en sélection qui font autorité – de donner à l’interlocuteur une indication générale de votre salaire, puis de passer immédiatement et fermement à vos attentes concernant le prochain emploi, ou bien de les mettre en contexte. Par exemple :

  • “J’ai un revenu brut annuel 25 000 euros et je me suis fixé comme objectif de passer à au moins 30 000 euros avec une progression de niveau…”.
  • “Je gagne actuellement un peu moins que la moyenne parce que j’avais besoin d’un emploi à temps partiel pour des besoins personnels …”

En gros, si vous ne souhaitez pas divulguer votre salaire exact, indiquez une fourchette de salaire souhaitée plutôt que de vous fixer sur un chiffre objectif et précis. Renseignez-vous également sur le montant des cotisations salariales et patronales. Vous pouvez rencontrer un recruteur qui vous interrogera peut-être sur votre salaire brut et non le montant net (vous pouvez utiliser cet outil du site netpublic pour le convertir). Il convient de bien se préparer sur ces éventuelles questions.

Négocier

Lorsqu’il s’agit spécifiquement de négocier votre salaire, il existe 7 stratégies qui vous aideront à être un négociateur plus efficace :

  • Soyez enthousiaste, poli et professionnel. Faites savoir à l’employeur, par le ton de votre voix et votre attitude, que votre objectif est une solution gagnant-gagnant. Si vous êtes trop insistant ou si vous adoptez une attitude de “tout ou rien”, l’employeur ou la personne qui vous emploie pense que vous n’êtes pas intéressé par le poste lui-même, mais uniquement par le salaire.
  • Commencez par une offre élevée et descendez progressivement. Si vous avez bien fait vos devoirs, comme je l’ai dit précédemment, vous devriez être en mesure de deviner combien l’entreprise que vous engagez paiera : commencez par un chiffre légèrement supérieur et continuez à négocier pour parvenir à un compromis et assurez-vous de prendre tout ce que l’entreprise peut vous offrir, sans aucune remise. Cette étape est également importante, car elle vous donne l’image d’un professionnel sûr de lui et conscient de sa valeur sur le marché. Évidemment, il ne faut pas viser trop haut !Faites preuve de créativité ! Examinez s’il existe d’autres possibilités et avantages dans l’entreprise qui s’ajoutent
  • au salaire de base, tels que des primes et des commissions, des jours de congé supplémentaires, des heures supplémentaires payées, des primes de rendement, des remboursements forfaitaires, une voiture de société, etc.
  • Continuez à vous vendre lors des entretiens. Rappelez constamment à votre interlocuteur comment l’entreprise bénéficiera de vos services, par exemple en se passant de fournisseurs externes, en augmentant la qualité et les bénéfices, en réalisant des économies ou en offrant des services de qualité particulièrement élevée qui réduisent les erreurs et font gagner du temps. En d’autres termes, valorisez chaque centime que vous demandez, en vous rappelant que c’est son argent et le risque commercial, pas le vôtre.Proposer
  • des chiffres équitables et durables. Veillez à ce que vos demandes soient raisonnables et conformes au marché actuel : si l’offre salariale est inférieure à la valeur du marché, suggérez poliment qu’il est dans l’intérêt de l’entreprise de s’aligner, également en faveur des politiques internes visant à stabiliser la rotation du personnel (entrant et sortant) et pour votre décorum professionnel : vous ne voulez pas vous vendre et, même si vous le faisiez, vous seriez alors obligé de chercher un autre emploi car vous ne pourriez pas avoir une vie décente.

Que l’employeur gagne aussi. C’est une stratégie de négociation intelligente que de renoncer à certains avantages dont vous ne vous souciez pas vraiment au final, en faveur d’autres.

Comme tout expert en négociation le sait, l’idéal est que les deux parties quittent la table des négociations avec le sentiment d’avoir gagné, et c’est particulièrement vrai lorsqu’il s’agit de négociations salariales : ainsi, la relation de travail avec le nouvel employeur commencera du bon pied, car il aura le sentiment d’avoir payé le juste prix pour vos services et vous bénéficierez d’une sécurité financière et d’un retour sur votre valeur.